mercoledì, dicembre 09, 2009

To m.u.L.

Je venais de vivre un chagrin d'amour si bête qu'il vaut mieux ne pas en parler.
À ma souffrance s'ajoutait la honte de ma souffrance.
Pour m'interdire une telle douleur, je m'arrachai le coeur.
L'opération fut facile mais peu efficace.
Le siège de la peine restait, qui logeait partout, sous et sur ma peau, dans mes yeux, mes oreilles.
Mes sens étaient mes ennemis qui ne cessaient de me rappeler cette stupide histoire.
Je décidai alors de tuer mes sensations.

Il me suffit de trouver le commutateur intérieur et de basculer dans le monde du ni-chaud-ni-froid.
Ce fut un suicide sensoriel, le commencement d'une nouvelle existence.
Dès lors, je n'eus plus mal.

Je n'eus plus rien.
La chape de plomb qui bloquait ma respiration disparut.
Le reste aussi, j'habitais une sorte de néant.
Passé le soulagement, je me mis à m'ennuyer ferme.

Je songeai à rebasculer le commutateur intérieur et m'aperçus que ce n'était pas possible.






Rien ne va plus.

Nessun commento:

Posta un commento

Thank you so much...I love your comments.
Have a wonderful day.
by giorno26 ღ